NOUS VERRONS MIEUX

Le livre NOUS VERRONS MIEUX – expérience de mythologie – a été publié en septembre 2014. Il s’agit d’une réponse à la commande passée par panOramas pour « célébrer » sa troisième biennale : écrire la mythologie de cet événement et du territoire naturel sur lequel il se déroule.
Les lieux, les interventions artistiques, le passé, et la question de la mythologie ont servi de matière à l’écriture de ce récit.

Un narrateur enchanteur-enchanté réfléchit à voix haute pendant qu’il pénètre le territoire du parc des coteaux et qu’il croise des personnages… Avec son compagnon, il essaie d’aller au bout de la mission confiée : créer une mythologie. 

Prologue
« Il y a toujours eu dans la nature des mondes à deviner.
Pour faire la rencontre, la rendre possible, et nos yeux s’ouvrir, il faut un événement, un surgissement, au moins des empreintes à suivre.

PARC DES COTEAUX. Un territoire long comme un fil, vert de la couleur qu’on choisit dans les dessins pour colorier les herbes et le haut des arbres, un territoire haut avec des collines et des belvédères, un territoire à virages, à rivages…
– À mirages ! Ceux qui l’ont traversé le disent !

 PANORAMAS, la biennale, les artistes.
Devenir un explorateur alors qu’on se croyait un spectateur.

Quelqu’un est venu vers moi et m’a dit : « Maintenant, il faudrait quelque chose comme des légendes dans cet endroit. Tu peux l’écrire ? »

Je serai l’enchanteur enchanté. Je ne suis pas magicien mais je ferai semblant. Je m’entraînerai. Je lirai tous les contes pour comprendre comment on transforme les choses en créatures. Je lirai tous les mythes pour apprendre comment les buissons deviennent des guides, comment les reflets dans les lacs deviennent des cinémas, comment les chemins deviennent des tunnels, comment les objets abandonnés deviennent des prestiges.
Je deviendrai l’incantation.
Et du PanOramas, je verrai mieux.
Allons-y. »

« Vraiment c’est fou la facilité avec laquelle on se perd dès qu’il s’agit de forêts. »
IMG_7076
Au sujet du Nuage : « – J’aime bien te poser des questions. J’aime bien quand tu me réponds. Sinon je vais être perdu. J’ai pas envie d’être perdu. J’ai envie que tu m’expliques. – C’est vrai ? – Oui. – Tu viens jusqu’au nuage ? – Oui. J’ai peur mais je t’aime alors je viens. »
IMG_7078
Au sujet du géant : « À partir du moment où il existait sous vos yeux, vous ne pouviez plus le quitter. Il était là, dans une solitude troublante, prisonnier de cet arbre. »
IMG_7081
Au sujet de Sharitah Manush : « Je voulais connaître cette jouissance de l’absence à soi sans la peur de mourir, cette jouissance à s’envahir soi-même, à être sa propre fortune, sa propre joie, sa propre réponse. »

Pendant le week-end de la biennale, 3 lectures menées par Sophie Robin dans le rôle de la lectrice/narratrice et Sophie Poirier dans le rôle secondaire du compagnon a été faite : des rdv simples de 45 minutes, le samedi 28 septembre en ouverture de la la Nuit verte à 20h au Parc des Iris puis une à 23h au bord du lac de l’Ermitage ; le dimanche 29 septembre à Bassens dans le Parc de Séguinaud.

Sans micro et sans décor (si ce n’est la forêt) et sans lumière (si ce n’est la lampe « frontale ») nous avons lu une version du livre pensée pour cet exercice.
Cette proposition a contrasté avec les autres dispositifs numériques plus complexes : par cette forme de lecture, et les spectateurs attentifs assis en rond autour des lectrices, le dispositif renvoyait aux origines de la tradition orale.

lecture23hNuitverte
2 lectrices dans la Nuit Verte – Nous verrons mieux Expérience de mythologie – Biennale PanOramas 2014 –
Les 2 lectrices de Nous verrons mieux pendant le RDV du dimanche dans la forêt de Bassens. Allongés dans l'herbe, les gens écoutent l'histoire…
Les 2 lectrices de Nous verrons mieux pendant le RDV du dimanche dans la forêt de Bassens. Allongés dans l’herbe, les gens écoutent l’histoire…
15641591858_944cf5e90f_h
Des gens allongés dans la forêt pour écouter l’histoire : « Nous verrons mieux, expérience de mythologie »

 

Le lexique qui suit le récit donne les clés…
Dans le livre, le lexique vient après le récit et donne les clés…