La lecture au rayon frais

Je déteste les hyper-marchés bien trop vastes pour mon petit cerveau de mauvaise cuisinière, au sens précaire de l’intendance, et locataire d’une mini-cuisine. Dans l’hyper, je panique, je suis face au truc que je déteste le plus dans la vie quotidienne : faire à manger tous les jours. Certains s’en sortent à merveille, moi pas. Dans l’hyper, tu dois être organisé, avoir une idée précise d’au moins 15 jours de menus d’avance et en plus tu dois penser à acheter des choses de base pour pouvoir improviser librement. De la haute-voltige pour moi, voir de l’expérience extrême.

Donc me conviennent bien ces petits supermarchés de quartier, truc-market ou truc-city, avec une préférence pour le Monoprix de mon centre-ville qui a la taille idéale pour contraindre mes angoisses de « ménagère dans quelle étagère ». Ici, je n’ai pas peur. Je sais, c’est un peu plus cher, mais vu que je n’achète jamais plus que ce que mon caddy à roulettes peut transporter, je suis sûre qu’au final je m’en sors pareil. Bref. Et puis c’est ça ou rien.

Et hier soir, j’y ai découvert la nouvelle déclinaison graphique des produits Monop. J’adore. Des mots, des phrases, « des messages à caractère informatif », une poésie, des clins d’œil, et du tout j’ai transformé la corvée en moment de lecture ludique.
Oui, oui, sur moi, ça marche carrément.
Parce que le Yaourt brassé où y’a écrit « c’est un yaourt qui nage la brasse », l’épinard où y’a écrit « accrochez vous aux branches », la macédoine où y’a écrit « avec peu de mayo, rapport au maillot », le petit suisse où y’a écrit « déroulez jeunesse », j’adore.

Je suis la cible et ils m’ont bien ciblée !
Ma préférée de la session d’hier (les nouveaux packaging arrivent au fur et  à mesure), la plaque de beurre « recommandée par le petit chaperon rouge ».

Et si l’agence de com cherche un rédacteur, je veux bien jouer !
(ça compensera mes achat de produits choisis juste à cause de la phrase)