2012 : souhaits, moteur… Action !

L’un a dit : 2012 sera théâtre !
L’autre : 2012, ça va le faire !
Et puis aussi : 2012, faut que ça bouge !
Et même : on a toute l’année pour fêter le jour présent !

Curieusement, malgré tout ce qu’on entend et qui nous attend, c’est une impression d’énergie que j’ai sentie dans ces premiers jours de l’année neuve.
Pas une énergie bête et compulsive, non, une énergie remplie d’idées, d’actions, de rêves à accomplir plutôt qu’à rêver, avec un peu de rage à vouloir combattre ceux et celles qui nous font subir les trucs qu’on n’a pas choisis.
Je ne sais pas pourquoi… À cause de ce 2012 qui sonne rond ?
Ou alors à cause du ras-le-bol des mots faux, des promesses débiles, de la précarité en tout, des chagrins qu’on met dans nos poches comme des petits cailloux à semer sur un chemin qu’on ne refera pas (on laisse les petits cailloux aux ogres, maintenant : qu’ils bouffent de la pierre pendant qu’on va manger du chocolat et boire des bulles) ?

2012 : même pas peur. J’ai lu ça aussi.

Oui, voilà, même pas peur ! On est prêts pour les tempêtes, et pas besoin d’un petit capitaine qui se prendrait pour Jeanne d’Arc (on n’a pas l’âme du sacrifice à aller cramer sur des bûchers, nous on a le feu à l’intérieur), alors…

2012 : attention les yeux !*

*ça veut dire « Bonne année à tous »