Expliquer le Bulot… (13)

Certains lecteurs du blog m’ont demandé ce que c’était exactement que cette histoire de Bulot… Private joke ?

Au départ, oui, ce fut ça, une bêtise qui démarre de rien : une amie charlotte qui m’écrit un message pour me dire qu’elle se met en mode « bulot ». S’en suivent des discussions sur le thème du « bulot », l’idée d’une « bulot-sophie » à la place de la « philo-sophie », une première tentative avec le billet « la tentation du bulot » et voilà que de dimanche en dimanche, le Bulot (avec sa chronique) prend son envol. (ce qui n’était pas gagné d’avance qu’un Bulot se mette à voler de ses propres ailes) (depuis, il m’est arrivé qu’à Bordeaux on me présente en disant : « c’est elle Madame Bulot ! », ce qui vous en conviendrez n’est pas tout à fait banal…). Lire à ce sujet la chronique du Bulot : le Pilote.

C’est donc l’occasion de rappeler ici les fondamentaux du Bulot :

  • Au lieu de naviguer efficacement dans la jungle aquatique des requins, le Bulot assume son goût pour la position de la planche, et se laisse porter par le flux et le reflux des marées. Par là même, il s’échoue régulièrement …
  • Si le Bulot faisait de l’économie, il ne sera pas vraiment doué, et plutôt pas du tout armé pour affronter le monde ultra-libéral : le bulot est rêveur, tendre et poète. Des valeurs mal vues, souvent jugées has-been, et pas cotées en bourse.
  • Mais le Bulot n’est pas un couillon de la lune. Il a développé un Art de la Coquille qui à la fois le protège et l’oblige à affronter sa solitude, solitude pour laquelle il a développé un amour profond (être bien avec soi-même).
  • Le Bulot agit, souvent dans son coin. Il peut se montrer désordonné, incertain, effrayé, mais il continue de faire. Au contraire du requin qui parle beaucoup.
  • Régulièrement, il se replie donc dans sa cabane-coquille, il est du genre qui oublie sa carte de visite lors des rendez-vous importants, il panique et il trébuche, et cela peut le mener directement à la coquille nommée plus haut.
  • Pourtant, il a aussi le sens du spectacle, vit parfois des heures où il est comme une bombe, et il croit toujours que son étoile se balade quelque part au-dessus de sa tête.
  • Il est un peu naïf. Un peu perdu. Un peu Coquin. Un peu engagé. Mais pas trop… Il ne sait pas être trop. Il ne veut pas être trop. Il n’aime pas le trop. Il a peur du trop.
  • Amateur d’équilibre, il cherche à l’atteindre. Il se contredit, il a le cœur fragile, mais sa beauté réside dans ce choix merveilleux et sublime qu’il a fait : malgré tout, essayer d’aller bien…
  • Et pour finir, sa tribu :Le Bulot se sent des points communs avec les Brigitte, leur « Battez-vous » et leur victoire dédiée à toutes les looseuses…