Les adultes ne sont pas raisonnables

Texte 16 ≈ Sortir du vide ≈ journal vrai/faux de Sophie Poirier ≈ Dans une église, j’ai entendu un prêtre qui se réjouissait de « la douloureuse condition humaine » (…)


Dans une église, j’ai entendu un prêtre qui se réjouissait de « la douloureuse condition humaine » et « pour cette raison, elle était magnifique ». C’est douloureux, c’est magnifique : c’est l’esthétique chrétienne. Berk.
Et dans une mairie, un adjoint au maire qui rappelait que « le mariage, c’était l’union d’un homme et d’une femme », avec « pour raison la reproduction ».
Il y a des phrases qu’on préfèrerait ne pas entendre.

Dans Voici, j’ai pu lire un twitt de Bret Easton Ellis. Une sorte de mini rentrée littéraire.

Dans la bouche d’un enfant : « c’est rigolo comme mot kapout. Et du coup, quand tu te réveilles, tu te dékapoutes ». Une sorte de mini-rentrée littéraire aussi. Jojo, 5 ans, un jour en librairie.


in Sortir du Vide