Escale avec des livres et des filles

Hier au milieu des livres dans l’Escale bordelaise, j’ai porté à quelques auteurs la bonne parole, leur dire « c’est bien, c’est bon ce que ce que vous avez fait » : ils ont aimé ça, ils avaient des sourires et même un avec des rougeurs aux joues.


Ensuite j’ai écouté mon actrice préférée lire. J’ai écouté à nouveau dans sa bouche le texte écrit au tout début de Sortir du vide, le texte écrit grâce à cette parole enregistrée en marchant, ce souffle qui revenait peu à peu.
Dans le texte, quand je dis : « Comment va la parole ? Elle va bien merci », j’étais dans le jeu et dans le je. Il fallait la retrouver cette parole, ce flux de mots qui sort de soi légèrement, franchement, et cela aura été plus long que j’imaginais pour vraiment retrouver ma route.

Surtout, c’était bien hier soir d’être avec toutes ces filles, jolies et dingues et tellement en action.
Loin des buffets de cocktails du salon du livre bordelais, on a ri et parlé des mômes et des projets et des spectacles et des lumières.
À suivre.