MODIFICATION DU RESSENTI

Texte à lire & à écouter ≈ réalisé pour l’exposition JE VIENS DE ME RENDRE COMPTE QUE JE N’EXISTAIS PAS de l’artiste-peintre Catherine Arbassette ≈ RDV du 3 au 13 juin, Halle des Chartrons – Bordeaux. Vernissage : samedi 6 à partir de 17h

≈ pour écouter une version du texte

MODIFICATION DU RESSENTI

C’est votre premier rendez-vous ?
Oui. Je viens de me rendre compte que je n’existais pas.

Vous ne comprenez pas comment le monde, les gens et vous-même peuvent aller ensemble ?
Je crois qu’il y a un malentendu. Il y a un malentendu entre… mon idéal de place et ma place réelle. Entre l’endroit où je me situe et celui où je m’empêche d’aller. Et puis cette tentation de jouer, une attraction perpétuelle ! On se demande comment tout ce manège tient debout, non ?

Qu’y a-t’il entre l’espace intime et l’espace public ?
Des pirouettes.

Vous vous sentez spectateur de votre vie ?
Pour prendre des décisions, il paraît – d’après les définitions des dictionnaires – qu’il faut de l’audace ou, en tout cas, du caractère. Donc, j’attends. Que quelque chose se passe, quelque chose qui me bouscule. Et dans ce déséquilibre – j’y tomberai avec plaisir -, il se pourrait que je me décide.

Vous êtes sujet à des troubles du morcellement ?
Je réfléchis beaucoup au mécanisme. Celui des roues. Celui des rêves. Celui des ajustements.

Ces dernières années, diriez-vous que vous avez passé votre temps à vous adapter à des situations bouleversantes ?
Exactement. Les drames dans les couloirs et les contraintes venues du dessus et les conformités à et les réactions obligatoires et les mensonges qui nous sauvent et quelquefois on pleure beaucoup trop et, – il se peut que j’ai tort -, mais je préfère en faire des histoires.

Vous avez la sensation de flotter à coté de votre corps, comme si vous étiez en dehors ?
Je me frotte à la concurrence – dévastatrice – des parfaits. Pour survivre, je me prends en photo devant les théâtres. On pourrait me vénérer. Au moins une fois.

Il semble que les questions qui vous occupent soient nombreuses et vertigineuses.
Parfois, si vous saviez… j’ai même envie de voler.

Vous entrez dans un cercle vicieux ?
Ça ne me gêne pas d’avoir la tête qui tourne.

Vous vous étonnez d’être vous plutôt que quelqu’un d’autre ?
Et si, au lieu de résister, je favorisais les confusions… je démultipliais les excitations… désormais, je pourrais plutôt : enfoncer le clou.

Votre personnalité a tendance à se diluer vers l’extérieur ?
On fait avec. Ni mieux, ni pire. Et en fonction de la chance qui passe, ça coïncide. Le bal masqué.

Votre conscience s’est-elle déplacée vers un point plus périphérique ?
La scène est de moins en moins éclairée… Non ? Vous ne trouvez pas ?

Que voyez-vous dans le miroir ?
Tout le monde a un avis, tout le monde fait son numéro de claquettes, tout le monde veut regarder par le trou de la serrure. Mon reflet idem : il se prend pour le personnage principal.

Bien. C’est terminé pour aujourd’hui.
Je vais laisser mes peurs ici, avec vous, d’accord ? Sinon, avec, je me casse trop souvent la figure.

Chaque petit pas est une victoire et le début d’une habitude…
Sauf que moi, je cherche à conquérir le cosmos.

Au fond, vous ne voulez pas savoir ce qui est vrai ou pas.
Oui. Voilà. Ça doit être ça.

©Sophie Poirier pour Catherine Arbassette – JE VIENS DE ME RENDRE COMPTE QUE JE N’EXISTAIS PAS – juin 2015.

Pour en savoir davantage

lafamilleweb

 

 

 

 

Categories:

2 réflexions sur “MODIFICATION DU RESSENTI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s