Moment grognon de fin d’aprêm…

Image extraite de l’exposition « Il était une fois demain » (Abbatoirs – Bordeaux – jusqu’au 18 décembre)

Voilà une expression que je ne supporte plus : « le vivre-ensemble » ou pire « le mieux vivre-ensemble ».

Les gens qui disent cela ont souvent un lien avec la politique, ils travaillent peut-être aussi dans le social, ils ont parfois un rapport avec le journalisme, bref, j’entends ça beaucoup, de plus en plus. Dans un débat hier soir à la télé (chez Taddéi), une dame disait que : « gna gna gna… répondait parfaitement aux objectifs du MieuxVivreEnsemble ».
D’une société, quoi… Truc de base : une société est faite d’individus qui vivent ensemble (qu’ils le veuillent ou non).

Attention, je supporte aisément la formulation « nous allons vivre ensemble », mais faire de cette tournure verbale un nom commun ! Et faire de ce nom commun simplissime (3 idées dans le même baril de lessive) un objectif éthique ne rendra pas la chose à faire plus facile.
Je déteste quand on nous présente les choses sous l’angle « on dirait que les gens sont des neuneus », je déteste quand le langage utilisé pour décrire les citoyens (leurs utopies ou leurs engagements) prend son inspiration du côté du management, et je déteste quand on nous fait croire qu’un message est nouveau juste en changeant le vocabulaire.

Dans le même style, je fais une overdose (passagère) du « participatif ». (j’ai fait ça y’a longtemps, du participatif qui ne s’appelait pas encore comme ça, et les gens on les faisait participer coûte que coûte, même quand ils n’avaient aucun intérêt pour le truc à participer, et à la fin il y avait toujours des gens plus participatifs que d’autres qui faisaient illusion que tout le monde avait participé. Ce qui était faux) La démocratie me séduit toujours autant, mais comme tout, les usages à tort et à travers (et à marketing) vident les mots de leur belle substance…

 (le débat est ouvert, la posture est peut-être bobo j’en conviens, mais les mots me chatouillant l’âme de près, de très près, parfois je m’agace quand ils sont utilisés comme des kleenex et quand les gens en les prononçant ont l’impression d’avoir tout compris et réglé à la fois)

Infos sur l’expo qui n’a aucun rapport avec mon agacement, bien au contraire : ici