La culture, franchement, on en entend des trucs là-dessus… Au fond, je ne sais pas trop ce que ça signifie, comment on définit. Doit y avoir une histoire de goût et de couleur, finalement, comme le reste.


J’ai vu/entendu tout plein de trucs de Culture ces derniers jours. Et dans le même temps que je me régalais, encore des gens qui râlaient que ceci-cela ça n’en était pas (à propos d’une paille verte géante plantée au bord de la Garonne pendant Agora, par exemple), et j’ai pensé : « Oh ça fait chier ces gens jamais contents… »
Mais comme je peux devenir
(ou ai-je été) moi aussi ce gens mécontent, tout de suite après, j’ai pensé : « En fait, c’est lié au degré de participation. Plus on est près de l’événement, plus on le comprend. »
Au fond, c’est les râleurs en général qui m’agacent. Les râleurs et les bavardeurs (sorte d’emmerdeur bavard baveur).

Fin du prologue.

Au 308 (pour y aller il pleuvait des cordes, il a fallu faire un pont pour pouvoir enjamber les énormes flaques à l’entrée) Anne-Laure Boyer faisait une conférence. C’était délicieux de l’écouter.
Elle raconte l’histoire d’un espace qu’on choisit d’occuper : il semble qu’elle ait choisi la brèche dans le moment où tout se bouleverse. Elle parle de survivance, des choses qui ne se re-passent jamais à l’envers (sauf dans sa vidéo Permutations
où l’immeuble cassé se reforme et le bras de la pelleteuse ressemble alors à un bras perdu qui fouille dans les décombres et la poussière a l’air de rentrer dans sa boîte – la poussière m’a fait penser à celle qui s’envolait de l’urne – et là dans sa vidéo, c’est comme ça, la poussière vient à l’intérieur au lieu de s’envoler et de disparaître – on veut quelquefois que les choses reviennent, comme cette poussière…).
Anne-Laure est une artiste : elle mélange à ses émotions une pensée très précise.
Je note sur mon cahier pendant sa conférence :« Le récit sert à réparer les cassures. »

Comme je suis près d’elle – le temps de la conférence, le temps de son « appartement dans les bois » il y a deux ans, le temps de son livre – je me glisse facilement dans son histoire de cachettes pendant le PanOramas du week-end.

Anne-laure Boyer – conférence au 308 – Bordeaux
La preuve que j’ai trouvé une des 4 cachettes !
Parc de l’Ermitage – Cenon – PanOramas 2012

PS 1 : (anne-laure est à Strasbourg cette semaine)

PS 2 : Pour être près des choses, il faut vouloir s’en rapprocher

PS 3 : Après je raconte Romanès, La nuit Verte de panOramas, Comment la parole…

Rédigé par sophie

Auteure et rédactrice.

(2 commentaires)

  1. « Plus on est prés de l’événement plus on le comprend. »
    Le positionnement du public c’est la moitié du chemin dans la vie d’une oeuvre et c’est plus vrai encore pour le spectacle vivant. Cette question est vitale. Au fond le spectateur ne supporte pas de ne pas comprendre. S’il est laissé au bord de la route, ou si il a construit un édifice mental qui rentre en conflit avec l’oeuvre, il la rejette.
    Le problème et c’est ce que j’entends dans ton billet Sophie, c’est que le spectateur qui râle est très énervant parcequ’il nous ennuie avec un positionnement qui se cantonne au j’aime, j’aime pas. Et fait porter à l’oeuvre son avis négatif, au lieu de se laisser interroger par elle. Ces gens là disent: « On a bien le droit de ne pas aimer ». Oui mais en en restant là on fait la moitié du chemin. Pour moi cette attitude est une forme de renoncement, une façon de ne pas prendre la responsabilité du regard que l’on porte sur le monde. Comment on regarde??? Comment on s’approche et comment on s’éloigne et pourquoi?
    L’autre cause de ces avis tranchés c’est que l’artiste ne fait pas toujours, lui non plus, un bout de chemin vers le spectateur. Parfois même on a le sentiment qu’il n’y a même pas pensé….

    1. « Comment on regarde ? Comment on s’approche ? » voilà des questions que je garde à réfléchir… Oui elles sont importantes. Et elles impliquent l’artiste autant que le spectateur… Qui aide qui à ?
      être près, pour moi, c’est avoir quelques clés (de diverses sortes). Et j’ai la chance d’être entourée de gens (passionnants) qui m’en donnent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s