« Ils étaient chouettes, tes poissons rouges »

Il paraît qu’André Vers aurait été un gars bien, avec des amis qu’on lui envie, Prévert, Brassens ou René Fallet. Amoureusement sélectionnées parmi une multitude d’autres, voici à savourer seize nouvelles inédites réunies dans un même recueil par Finitude.

LE STYLE DÉDÉ VERS

Ça donne ça : « Sans vouloir vous offenser, vous n’êtes pas particulièrement intelligent mais j’apprécie quand vous me comprenez…  »
Années 50-60, ambiance des Halles ou de bistrots parisiens. Audiard pourrait en être tant certains dialogues sont jubilatoires de la même façon, écoutez la musique : « T’es pas un gentleman, tu deviens quelconque. » Cette réplique est piochée dans Les voies du seigneur sont impénétrables, texte où Fernande Beaux-Roberts, personnage principal, déclare à son mari goujat avant une sortie finale magistrale : « Je suis lasse de ne pouvoir jouir, entre autres, d’un minimum de considération. »

Vraiment de bien bonnes nouvelles (parfois vingt lignes) qu’il écrit, ce Monsieur Vers ! Grande maîtrise de la chute, souvent d’une phrase, avec ce sens de la formule qu’il faut avoir – en plus de la finesse à observer et de la situation à camper vite fait bien fait – pour réussir l’exercice, et même vous faire rire !

Ces minuscules récits sont, pour beaucoup, empreints d’un cynisme savoureux : Mort pour la France et son prisonnier de guerre d’un genre inhabituel (« Je suis vivant… j’aime… j’ai joui… je vous emmerde tous! ») ; ou dans Le Vautour, où il décrit si bien les effets désastreux des choix que font les hommes.

André Vers décline ainsi les petits mensonges, ces petits mensonges qui sont grands quand même quand ils occupent une vie tout entière. Forcément, on y croise des infidèles : un qui se réjouit d’être trompé pour « la veine » que ça fait (le pauvre, s’il savait) ; un trompeur qui avoue, attendrissant : « On me laissait de côté comme on laisse toujours les amants, qui sont les vrais cocus. Elles m’envoyaient des cartes postales de Venise.»

Vous y apprendrez aussi d’où vient le nom « épouvantail  », la vérité sur les trous dans les macaronis (car on nous ment !) et quelques analyses sur les amateurs de fromages (répartis en « deux tendances : le cru et le cuit, comme disait Lévi-Strauss »).

Le narrateur-observateur, parfois « je », se marre en douce, moqueur de toutes les certitudes (très illusoires à l’en croire) qu’on a sur soi-même et surtout au sujet des autres. Mort en 2002, il a laissé à lire quatre romans qu’on a envie de découvrir.

Ils étaient chouettes, tes poissons rouges, André Vers, Finitude.

couvPoissonsrouges