à garder (44)

La pluie ce matin comme la mousson.
J’ai fermé les yeux. Je me suis souvenue. La première mousson de ma vie.
C’est très récent. Je n’ai jamais été une voyageuse. Je commençais juste à apprendre.

J’ai fermé les yeux. Un temple à Angkor, la pluie, se mettre à l’abri avec cette famille qui vend des souvenirs et des choses à manger, le grill qui fume, les crapauds qui sautent autour de nous, le père en attrape un et le coupe en deux et paf sur le barbecue, pourvu qu’il se le garde pour son repas personnel, les adolescentes penchées sur leur smartphone, on achète des impers en plastique rose, la longue route en vélo vers un autre temple, avec cette pluie infernale, je n’ai jamais été trempée jusqu’aux os, maintenant je sais, et je fais du vélo sous cette pluie diluvienne au milieu de la végétation immense.
La même pluie. Presque. Je ferme les yeux. La mousson.

Alors, ça sert à ça les souvenirs.
Après ?
Vivre le plus possible de quoi en fabriquer de beaux, et beaucoup de paysages.
Pouvoir fermer les yeux sans inquiétude.

Lire la première
Lire le Prologue
Lire la précédente
Lire la suivante
Toutes les chroniques isolées

(2 commentaires)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :