philo-sophie (43)

Il y a environ une quinzaine d’années, mon fils adolescent à qui je refusais d’acheter une mobylette m’avait fait une grande tirade finissant par cette sentence que je n’ai jamais oubliée : « Ok, mais si tu veux, je peux aussi passer ma vie à habiter avec toi et ne pas sortir, et comme ça il ne m’arrivera jamais rien.« 
Depuis le 17 mars, la vie confinée, avec des barrières partout.
Et aujourd’hui, un courtier en assurances conclut son appel commercial par : « Madame, la vie est un risque. »
Entre les trois, il doit bien y avoir une sagesse à trouver.

Mais là, j’ai la flemme…

Lire la première
Lire le Prologue
Lire la précédente
Lire la suivante
Toutes les chroniques isolées




(4 commentaires)

  1. J’adore ce que tu écris…
    Aujourd’hui c’est un sourire de compassion parce que jai eu à vivre la même scène…
    J’ai cédé…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :