Mon vrac du D

Le premier D qui me hante, sans aucun doute c’est celui de la Dépendance.
Pas de cigarette depuis 4 mois (41 – 16 = 25 ans x 1 paquet par jour = un chiffre effrayant qui témoigne de l’ampleur de l’addiction donc de l’ampleur du Défi). Le plus Difficile reste le moment de l’écriture sur clavier (comme là par exemple, j’écris et j’y pense, j’y pense et j’écris, j’y pense trop).
Mais je vais m’en sortir ! (tout de même, si on pouvait éliminer et supprimer totalement de la planète l’industrie du tabac, ça m’arrangerait)

Du coup, avec ce D-là, il y a celui de la Disparition : je ne suis (presque) plus un chien pavlovien qui va fumer quand la sonnerie retentit alors qu’il n’a même pas envie de fumer ! (Débile le Dog de pavlov)

D’ailleurs, si j’étais gourou (genre Allan Carr), j’évoquerais parmi les branches auxquelles s’accrocher pour arrêter de fumer, et bien, j’évoquerais celles de la Découverte… Le fumeur qui devient non-fumeur va vivre en effet des tas d’expériences inattendues.
Il va par exemple Diablement se Dégourdir les jambes : le futur non fumeur marche beaucoup, et dans mon cas précis, fait même du vélo dans une salle de gym (celle des abdos fessiers) (Souvenez-vous, j’étais un adulte pathétique qui découvrait les tapis de sol et la compta perverse des coachs de gym). Désormais, je suis un adulte étrange qui va pédaler tôt le matin, avec un air assez Dégagé et quasi de l’assurance.
Le D de Démenti s’inscrit Donc en toutes lettres : cette situation existe, alors que j’aurais juré que JAMAIS elle ne se produirait.
En effet, Depuis quelques mois – eu égard aux événements récents – je Découvre que tout peut arriver.
Les principes qu’on avait érigés (avec le « Jamais » Définitif auquel on croyait) se Déclouent du mur et même les choses Détestées peuvent Devenir de nouveaux Désirs (pas encore Drogues, mais je m’attends à tout dans cette traversée du Désert).

Donc : Ne pas se croire Durable, mais ne pas Douter de soi. Et surtout ne pas jurer DEVANT DIEU qu’on n’ira jamais s’acheter un short chez Décat’ au lieu d’aller faire les soldes chez Dior !

Si ce n’était fait, j’aurais pû faire une chronique parfaite de « Vrac en C » eu égard aux 2 artistes qui m’ont nourrie ces dernières semaines : Sophie Calle et Camille. Peut-être que le D de Délicatesse leur conviendrait assez, avec celui de Dingues et Déterminées comme le sont les grandes Dames.

Exposition Sophie Calle, église des Célestins, Avignon 2012
Le mot Souci est décliné dans toute l’exposition.
Sa mère a dit avant de mourir « Ne vous faites pas de Souci »
Dans le cadre de son expo, Sophie Calle lisait les carnets de sa mère.
Il n’y avait pas d’horaires précis… Elle était là ou pas.

PS : Notez la publication du vrac du D un 8 août pour la saint Dominique (clin d’oeil affectueux)
Finissons avec un Dicton Digne du D : À la Saint-Dominique, Te plains pas si le soleil pique.