expérience de métempsychose* (35)

Nous marchions du côté de la voie ferrée.
Et puis, là, sans que je m’y attende, il m’a proposé un truc complètement nouveau :
« Viens, on va faire les vaches. »
D’abord, j’ai fait un vœu : personne ne m’avait encore jamais dit cette phrase.
Et puis, immédiatement, ça m’a rappelé ce pédiatre qui, petite, m’avait demandé de faire la grenouille alors qu’il s’apprêtait à me piquer les fesses, et pendant que je réfléchissais, vraiment je cherchais, Coasser ? Sauter de ses genoux et bondir dans le cabinet ? Paf !
Il avait fait la piqûre, pendant que j’étais concentrée sur ma question existentielle : être ou ne pas être grenouille ?
J’ai toujours pensé que ce temps de réflexion m’avait sans doute épargnée quelques séances de psychanalyse. J’imagine la honte suprême si j’avais fait bêtement la grenouille au lieu de comprendre l’enjeu de la situation.

Donc, quand il m’a dit Viens on va faire les vaches, j’ai pensé à la grenouille, à la piqûre, et à Nietzsche.
Pas que je connaisse par cœur l’œuvre du philosophe, loin de là même, mais parce qu’il a écrit la pensée suivante (je résume) :
« Lire est un art qui nécessite d’être presque bovin et, en tout cas, rien moins qu’homme moderne : la rumination. »
Heureusement en ce moment, je lis beaucoup.
Donc, cet enchainement d’idées a permis que je comprenne immédiatement ce que je devais faire – et surtout, ce je ne devais pas faire dans cette situation inédite -.
Je me suis mise assez naturellement à côté de lui devant les rails de chemin de fer, sans mâchouiller d’herbe, en position de regarder les trains passer.

En d’autres temps, le jeu aurait cessé assez vite. Mais en avril 2020, les trains ne sont pas fréquents. Au bout de quelques minutes, je lui ai dit :
Bon allez, on continue notre exercice physique… Parce que, sans train et sans livre, vache c’est encore plus chiant que confiné. Et puis si la police nous demande ce qu’on fait là sans bouger, ça va être compliqué d’expliquer.

Et on est repartis.
Si on sort indemnes de ce confinement, il faudra quand même que je lui demande ce qu’il attendait exactement de moi ce jour-là, devant la voie ferrée…

*la métempsychose, c’est quand une âme peut aller dans différents corps, humains ou animaux

Lire la première
Lire le Prologue
Lire la précédente
Lire la suivante
Toutes les chroniques isolées


(2 commentaires)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :