le temps se mélange (33)

L’heure de marche dans les rues du quartier me laisse à chaque fois dans une fatigue étrange.
Ce grand ciel gris foncé est très beau. Et j’attends l’orage comme l’annonce d’une nouveauté.

L’arbre qui a l’air si lugubre en hiver avec ses branches noueuses est devenu vert et hirsute. Je le préfère comme ça.

Il a plu tout à l’heure.
Il y a dans l’air le parfum de la terre mouillée, c’est quelque chose de l’ennui et de l’enfance.
Comme si nous étions abandonnés, les parents partis à une fête, et nous à rester à la maison, avec le droit de traîner dehors, mais pas trop tard, nous sommes là à rêver un peu d’être grands, à imaginer des histoires, à tourner en rond, sans trop savoir quoi faire de cette permission du jardin, quand il fera nuit il faudra rentrer.

Ça y est, l’orage gronde.

Lire la première
Lire le Prologue
Lire la précédente
Lire la suivante
Toutes les chroniques isolées



(5 commentaires)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :