en live (37)

Je me souviens d’un concert.
J’aime quand on sent dans la salle ce public entier conquis amoureux en ferveur.
Le frémissement quand il arrive sur scène.
Il y a des applaudissements qui durent, sans un cri, parfois un bravo qui en entraine d’autres. Parfois du silence. Plein d’admiration. L’atmosphère est épaisse de notre concentration.
Chacun a sa chanson, espère qu’il la joue. Il la joue, et je ferme les yeux. Je m’enfonce dans un plaisir, ça élargit la poitrine, peut-être une larme.
Quelque chose de la communion. Une très belle intensité.
Il faut plutôt une salle moyenne, fermée, qu’on soit serrés les uns contre les autres, qu’il fasse chaud, entre fans, heureux, assouvis.

Il me tarde cette prochaine fois.
On ira écouter des morceaux vivants.

Lire la première
Lire le Prologue
Lire la précédente
Lire la suivante
Toutes les chroniques isolées

(2 commentaires)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :